img_0870

On avait découvert les australiens de DMA’s avec la jolie love song Delete en fin d’année dernière. Ce son, sorte de petite madeleine de Proust, nous rappelait avec mélancolie la pop british de la fin des années 90. La sortie de leur album Hill’s End au mois de février suivie de leur excellent concert dans l’intimité du Pop-Up du Label trois mois plus tard avaient confirmé leur talent de songwriters habités par des morceaux brillamment composés.

Ce jeudi soir, sur la scène de la Boule Noire à Paris, amplifiés par une troisième guitare, une basse et une batterie, les morceaux de DMA’s prennent une autre dimension, plus profonde encore. Feels Like, Melbourne, Too Soon, Lay Down … Un coup de foudre musical comme celui-là, on n’en vit pas tous les soirs. Mais quand on se prend d’une passion pour un groupe qui n’a qu’un seul album à son actif, la frustration guette vite. Après avoir écumé l’ensemble des compos du trio de Sydney, on s’était ensuite entichés de leur exquise cover de Believe de Cher. Ce soir, c’est à Beautiful Stranger de Madonna qu’on aura droit, d’abord légèrement interloqués, avant de réaliser que toute mélodie et tout texte devient entre leurs mains une nouvelle pépite.

Les premiers rangs chantent avec un regard conquis, bras en l’air, et la scène de la Boule Noire semble presque déjà trop petite pour ces Australiens qu’on compare trop facilement à Oasis. S’ils citent la fratrie Gallagher parmi leurs références ultimes, il serait top réducteur de les limiter à cette ressemblance stylistique. Nous, en tous cas, on parie largement sur eux pour assurer la relève.

_

SETLIST

Play It Out
Feels Like
Straight Dimensions
Melbourne
Timeless
In The Moment
Too Soon
Beautiful Stranger (Madonna Cover)
Step Up The Morphine
Your Low
So We Know
Delete

RAPPEL

Laced
Lay Down

_


insta2 img_0906 img_0897 img_0893 img_0887 img_0867 img_0823 img_0818 img_0813 img_0806

Rédactrice: Aurélie Tournois // Photographe: Jacques de Rougé

Commentaires