Jeanne Added: « J’aime quand le son traverse mon corps »

On a rencontré Jeanne Added à la Fête de l’Humanité le mois dernier, au moment même où sortait son deuxième opus, intitulé Radiate. C’est dans l’intimité de ses loges que l’artiste s’est confiée sur sa mutation musicale et personnelle.

jeanne added dancing feet

Ton premier album Be Sensational a été un énorme succès, avec une tournée assez longue. Comment l’as-tu vécu et comment est-ce que cela a impacté ta façon d’écrire?

Jeanne Added: Le succès, c’est toujours relatif. Ce qui est fantastique, c’est que je ne m’en suis pas du tout rendu compte. J’ai vécu deux années de rêve. Pas tant à cause du succès, mais plutôt parce qu’à chaque fois, je n’ai pas arrêté de découvrir des choses. Tout le temps. On est passés de petites salles à des plus grosses, de petits festival à des plus gros, etc.  Du coup, à ce moment-là, on sentait qu’il se passait quelque chose mais on était toujours dans l’action. Il n’y avait pas vraiment la place pour analyser ce qu’il se passait. Je l’ai compris un peu plus tard.

Pour ton second disque, tu as choisi comme premier titre Mutate. Tu nous y dis clairement « it’s unusual how I mutate« . A quelle mutation/transformation peut-on s’attendre avec ce nouvel album?

Jeanne Added: Le premier album était de l’ordre de la nécessité et m’a changée profondément. Il m’a donné confiance. Pas à cause du succès, mais grâce au fait de pouvoir jouer, m’exprimer, de pouvoir être entendue. Ce n’est pas une chose à laquelle j’avais réfléchi. Je pense que c’est ça la principale mutation qui s’est opérée. J’ai gagné un peu de confiance en moi qui m’a fait beaucoup de bien.

Est-ce qu’il y a un sujet, un thème que tu as souhaité plus particulièrement évoquer dans cet album?

Jeanne Added: Il n’y a pas vraiment de thème. J’en suis encore au stade où j’écris sur là où j’en suis dans la vie. Je fais des photos de ce qu’il y a à l’intérieur de moi en essayant de transformer ça en poésie, pour que ça ne parle pas que de moi.

Je n’ai pas identifié mon tournant électro comme tel

Après avoir collaboré avec Dan Levy pour ton premier album, cette fois-ci tu as choisi de travailler avec Maestro. Comment s’est faite cette collaboration?  Pourquoi avoir opéré ce virage plus électro?

Jeanne Added: C’est marrant, c’est pas du tout un truc dont j’ai été consciente. Pour moi, j’ai vraiment écrit des chansons. C’est vrai que j’avais envie de danser, de bouger, que ça groove, etc. Puis Maestro, ils ne peuvent pas s’en empêcher, ça groove de toute manière. Ils sont terriblement talentueux pour ce qui est de faire groover des machines. Ce n’est donc pas un truc auquel j’ai vraiment pensé, le tournant électro. En tout cas je ne l’ai pas identifié comme tel. Mais c’est vrai que dès l début mes amis m’ont fait remarquer: « dis donc, c’est vachement plus électro ». Ce n’est pas du tout comme ça que je le voyais. Mais bon c’est très bien, j’aime bien que les gens s’approprient ma musique et qu’il y ait de la place pour ça dedans.

En parlant d’électro, Pone a posté des petits trucs avec toi sur les réseaux sociaux, est ce qu’on peut espérer une petite collab?

Jeanne Added: Non, pas pour le moment.  Mais on ne peut jamais dire jamais.

Sur scène, on te voit toujours sourire, tirer la langue, danser. D’où te vient toute cette énergie?

Jeanne Added: J’aime être sur scène. C’est un endroit où je me regarde moins faire et qui me donne beaucoup de joie et effectivement d’énergie. J’aime quand le son traverse mon corps. C’est comme un courant électrique, je peux pas m’en empêcher, ça me traverse. Et le résultat, c’est que ça me fait bouger. Et j’ai envie de porter le son, de l’amener, de le transmettre et de le porter jusqu’aux gens. Ça demande de l’énergie. Et j’adore faire ça.

jeanne added dancing feet

La playlist de Jeanne Added:

Tirzah – Holding on

Boy Harsher – Country girl

Miles Davis & Gil Evans – My ship

Duran Duran – The chauffeur

The Carters – Apeshit

Photographie et propos recueillis par Céline Non 

Commentaires