Avec Here comes the cowboy, Mac Demarco confirme qu’il est le plus talenteux storyteller de sa génération

En manque de poésie ? Pas de panique, le nouvel album de Mac Demarco sort cette semaine.

Mac Demarco dancing feet cowboy

Depuis This Old Dog en 2017, il vous manquait quelque chose pas vrai ? Ce grain de voix, ces histoires simples qui parlaient à chacun d’entre nous, ce côté minimaliste si efficace, cette mélodieuse guitare sèche sur laquelle vos oreilles s’attardaient ? Tout ce qui fait le charme de Mac Demarco est de retour dans Here comes the cowboy, premier album sorti sur son propre label fraîchement créé (et sobrement nommé Mac’s record label).

Here comes the cowboy mêle minimalisme, romantisme et mélancolie

Mac Demarco ne paie pas de mine comme ça. Il en rit de lui même, raconte comment à l’aéroport, avec son look de hobo, il se fait gentiment refuser l’accès prioritaire au moment de l’embarquement alors qu’il a bien une carte Platinium. Mac Demarco c’est plus que le mec marrant sur scène qui fait le clown. Il est indéniablement parmi les plus influents et talenteux songwriters et storytellers de sa génération. Here comes the cowboy n’est, rassurez-vous, pas un revirement musical vers la musique country. Cowboy/cowgirl est un terme, explique-t-il, qu’il utilise fréquemment comme une ponctuation, une marque d’affection envers ses proches. Et bien que cet album ait été écrit au cours de deux semaines pluvieuses de janvier à Los Angeles, il s’en dégage crescendo une chaleur et une lumière qui vous donnera envie de l’écouter tout l’été pendant que vous lézarderez au soleil. Le mot d’ordre pour cet opus était « tiny ». Aux manettes de quasi tous les instruments hormis les claviers, Mac Demarco a à nouveau travaillé chaque chanson de la manière la plus minimaliste possible, un peu de guitare par ci, un peu de percussions par là, au service d’une écriture toujours un peu plus incisive.

Après une introduction on ne peut plus claire (« Here comes the cowboy » répétée tout au long du titre d’ouverture de 3 minutes), se lance le single Nobody où l’éclat de la guitare et de son riff en boucle vous happera d’emblée. S’ensuit ses envolées de falsetto sur le refrain entêtant de Finally alone, ou de Little Dog, les sifflotants oiseaux sur le lancinant Preoccupied. On retrouve l’espièglerie de Mac Demarco sur Choo Choo, son romantisme sur K et Heart to Heart. La mélancolie reste de mise en fin d’album sur les titres On the square, All of our yesterdays, et Skyless Moon, pour finir sur un enjoué Baby, Bye Bye.

Mais les au revoir ne devraient pas durer longtemps, Mac Demarco étant déjà en tournée pour ce nouvel album, et en France dès novembre, avec une date à Paris le 15 novembre où on imagine déjà tout un Zénith en émoi (Rennes le 16 et Lille le 17).

Infos pratiques:

Mac Demarco
Here Comes The Cowboy
sortie le 10 mai 2019
Mac’s record label

Rédactrice: Sunthavy

Commentaires