Deluxe // New Morning // 10 février 2013

Pour la fin de la tournée de leur (formidable) premier EP Polishing Peanuts, les Aixois de Deluxe avaient prévu deux dates à Paris, le dimanche soir au New Morning et le lundi à la Boule Noire. Peut-être les derniers moments pour profiter de l’intimité des petites salles avant que le groupe n’explose comme leurs aînés de Chinese Man, leur second EP et premier album faisant de 2013 l’année Deluxe à n’en point douter.
 
Est-il vraiment possible de ne pas apprécier un concert de Deluxe ? Rares sont les groupes à rassembler autant de genres musicaux sous la même bannière. Du hip hop au funk, de l’electro au jazz,  un coup dubstep, un coup trip hop, parfois carrément rock, un énorme passage drum & bass vers la fin…  Bref. Si vous n’êtes pas content en rentrant chez vous, soit vous détestez profondément la musique, soit vous êtes sourd.

En première partie, un Dj Set extrêmement diversifié, assuré par LeYan et Skoob et qui annonce d’emblée l’absence de frontières musicales de la soirée. Du Pudding à l’Arsenic d’Asterix à Cypress Hill, en passant par tout et n’importe quoi du moment que ça donne envie de sauter partout; autant vous dire que c’est un public chaud bouillant qui accueille les Deluxe sur scène.
 
Les titres de l’EP font exploser la salle, comme si le groupe avait déjà une tripotée d’albums cultes derrière lui. L’énergie de malade associée à la précision avec laquelle les morceaux sont joués forment une recette parfaite. Mr Chicken a beau être le titre le plus stupide des dix dernières années, les fesses remuent jusqu’au dernier rang. Les autres morceaux sont au moins aussi bons et on attend avec impatience la liste des « guests » qui participeront aux versions studios sur les enregistrements à paraître.  Au bout de trois chansons, on a déjà trempé le t-shirt et on s’apprête à subir les pires courbatures le lendemain, mais rien ne peut nous faire passer l’envie de bouger jusqu’à ce que le groupe quitte la scène. 
Une fois dehors, la seule idée qui me reste en tête est que c’est exactement comme ça qu’un concert devrait toujours être. 

Revenez sur Dancing Feet dans quelques jours, on a profité du passage à Paris des moustachus pour vous préparer une petite interview. Patience ! 


 LeYan & Skoob

 
 
 Deluxe
 

 

Photos : Kseniya Durna / Texte : Jacques de Rougé

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *