Her livre un premier album sensuel et poignant

 

Il y a un peu plus de deux ans, nous écrivions notre tout premier article au sujet de Her.  Une sublime découverte alors encore classée secrète. Très vite, le groupe connaît une vague de succès, amplement mérité. Her est alors un groupe qui étonne, plaît et attire tout autant par son talent, ses chansons sensuelles et son attachant duo. Car Her, c’est l’histoire simple et humaine d’âmes sœurs musicales, dramatiquement séparées. En effet, Simon Carpentier, moitié du duo, s’en est allé ainsi en août dernier, alors qu’il luttait depuis déjà plusieurs années contre le cancer. Désormais seul représentant de Her, Victor Solf a eu la lourde tâche de finir ce premier album commencé à quatre mains et de le porter aux devants du public, pour Simon, pour lui. Comme une promesse accomplie au nom de leur amitié, qui a vu le jour à Rennes, et qui s’est épanouie au fil du temps, et d’un premier groupe pop, les Popopopops.

On se souvient de ce concert incroyable l’été dernier à Rock en Seine, peu longtemps après le décès de Simon, où l’émotion était plus que palpable sur scène, à chaque chanson, chaque gestuelle de Victor et de ses musiciens. Un hommage live que le public a suivi, fidèle, tout comme au Bataclan trois mois plus tard.

Après leurs fameuses et mystérieuses Tape aux pochettes affolantes, voici leur premier opus, tant attendu et sobrement intitulé Her. L’album s’ouvre avec We Choose, un des premiers titres écrits ensemble, qui permet de poser gracieusement leur subtiles voix et ce message d’espoir, cette idée de choisir d’aller de l’avant. Le désormais classique Five Minutes fait suite, toujours avec la même classe et la même sensualité qui nous avait séduits il y a trois ans. On retrouve aussi avec plaisir d’anciens titres de leurs EP, comme Blossom Roses, Swim, ou Quite Like, véritables tubes de soul pop, où l’on reconnaît leurs influences telles qu’ Al Green ou Shuggie Otis (à qui ils rendent hommage avec un Bonus Track éponyme).  D’autres titres forts marquent ce superbe album. On pense notamment à Icarus (écrit pour Simon), On&on (où Roméo Elvis fait un featuring réussi, un des derniers titres pour lequel Simon a pu participer lors de l’enregistrement), le catchy Neighborhood à l’entêtant refrain et la magnifique pop song Wanna be you où la voix fébrile de Simon a maintenant un écho et une force des plus particulières. Leur réussite est d’avoir persisté dans un style qui leur est complètement propre depuis leurs débuts, teinté d’électro, de pop mais aussi de rap, où leurs voix s’assemblent et se répondent, toujours avec élégance.

Beaucoup se posent la question de la possibilité d’un autre album, de la poursuite même du groupe. Loin de l’anticipation creuse, Her invite au contraire à la contemplation saine, lumineuse, celle de profiter de ce qu’on a déjà. On vous laisse découvrir ce bijou d’album, sans aucun doute l’un des meilleurs de l’année.

Infos pratiques:

L’album éponyme de Her est sorti le 30 mars 2018 chez Barclay (Universal).

 

Rédactrice: Sunthavy.

Commentaires