Rencontre // Deluxe

Au lendemain de leur double passage parisien, nous avons interviewé les six membres de Deluxe, la dernière bombe de ChineseMan Records. On a parlé de leur rencontre, de leur méthode de travail, de radio, de marionnettes et bien sûr de moustaches. 



Vous venez d’enchaîner deux dates à Paris (La Boule noire et le New Morning), comment c’était ?

C’était super cool ! Bon public. On était très content que ça soit complet les deux soirs. C’était super de revenir à Paris après autant de temps et de voir que les gens sont là. Et puis le New Morning, c’est une salle chargée en histoire, c’est une fierté pour nous d’y avoir joué, de l’avoir remplie et que ça se soit bien passé. 

Quels sont vos parcours musicaux avant Deluxe ?

En fait, il n’y a pas vraiment d’ «avant Deluxe». C’est notre rencontre qui a fait qu’on a fait de la musique ensemble, et notre parcours a commencé là. Certains avaient fait du conservatoire, d’autres non, on y a plus ou moins traînés pendant quelques années mais notre quotidien de travail c’était Deluxe. Et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Vous êtes six dans le groupe et vous aimez faire intervenir un maximum de personnes sur les morceaux. Quel est le noyau dur du groupe ? Ce qui vous réunis tous ? 

L’envie de faire de la musique où tout le monde se retrouve, où chacun peut venir avec ses influences et ses idées. On veut surtout garder la notion de partage, avec des featurings : ça sera le cas encore pour les projets à suivre. Ce n’est pas faire de la musique de chambre pour soi, c’est plutôt partager entre les pays, les gens qu’on aime, rappeurs, musiciens… on aime l’idée de collectif, de toujours créer des choses.

Vous donnez l’image d’un groupe qui ne se prend pas au sérieux, déconneur, et sur scène vous êtes hyper carrés, pros. Comment faites-vous la part des choses, entre ces deux côtés du groupe ? 

Pour paraître détendu, il faut justement beaucoup bosser. On travaille pour être le plus à l’aise possible sur scène, et avoir le moins à penser à ce qu’on a à faire. Parce qu’on a les morceaux dans les mains et qu’on peut les surpasser et les vivre, vraiment, et les transmettre. C’est pour cette idée là qu’on a toujours voulu bosser ensemble, ne pas avoir de boss, laisser libre cours à notre imagination, et surtout garder ce plaisir, que ça ne devienne jamais une corvée. Même quand on se déplace, qu’on fait 9 heures ou 12 heures de bus, on se dit que c’est une chance. On a galéré pendant hyper longtemps, et on est trop content de ça. Tout ça reste un amusement, mais aussi un travail. On essaye de faire la part des choses. Ça reste un plaisir qu’on prend très au sérieux.

Qu’est ce qui est le plus important entre votre musique et ce que vous créez autour : le visuel, les tournées, l’image que vous donnez… 

Le point de départ, c’est de faire de la bonne musique, qui nous plaise, pour ensuite pouvoir jouer avec ça et faire des concerts, du graphisme, et tout ce qui va avec. Si le produit de base, la musique qu’on fait, ne nous plaisait pas, on aurai du mal a faire tout ce qui va autour. 
On est très intransigeant envers nous-mêmes. Si ça plaît c’est trop bien, mais on est très sérieux là-dessus : on veut faire quelque chose qui nous plaise à tous, vraiment. 

Vous passez sur des radio comme FIP, France Inter, NOVA… ça vous fait plaisir d’être considéré comme un groupe de qualité ?

Ouai, ce sont des radios qu’on adore. Pour Nova c’était la folie ! Et ça l’est encore…  c’était un rêve : on se disait « si un jour on pouvais passer sur Nova ça serait le rêve». C’est déjà un aboutissement.

2013 est une année qui va être importante pour vous, parlez-nous de vos projets (album, EP…) 

On vient juste de finir un album il y a 5 jours, qui est en mixage. L’EP est prévu pour le 13 mai, avec 3 titres de Deluxe et un remix d’un groupe qu’on aime bien. Il y aura une date le 10 mai à Marseille au Moulin avec la présentation du nouveau live. Ensuite on va tourner tout l’été, et l’album est prévu pour début septembre.

Vous avez aussi lancé une campagne sur oocto.fr  pour financer un clip…

On travaille avec un collectif à Bruxelles, qui sont à la base des amis et qui sont vraiment géniaux. L’idée nous a beaucoup plu : ils sont marionnettistes, ils touchent à tout… avec du bric à brac. On leur a proposé de faire un projet avec nous, mais le problème c’est qu’on est un groupe pas connu, et que ça coûte très cher, tu serais étonné de savoir le prix des clips que tu vois à la télé ! On voulait faire quelque chose de qualité mais on n’avait pas trop de sous… donc c’était un gros questionnement pendant un moment, puis on a eu cette idée et on a été surpris de voir que les gens ont vachement répondu ! On n’est pas encore arrivé à la somme souhaitée (7500€),  et si on n’y arrive pas on ne touchera rien, mais on espère y venir !

(L’objectif a été atteint depuis l’interview !) 




La collaboration musicale que vous aimeriez faire ?

(Les garçons, dans le désordre :) Lee Fields ! Ouai, moi aussi ! Les Black Keys ! Saian Suppa Crew ! Jay-Z !  (Liliboy :) Moi, j’aimerais qu’on ait au moins une fois Beyoncé avec nous sur scène.

La première partie que vous aimeriez faire ?

The Roots ! Ou qui d’autre… les Black Keys, ça serait cool. Sinon Daft Punk… Phoenix… M… Method Man & Redman. Des trucs comme ça quoi ! Fatboy Slim ? Patrick Sebastien, peut-être ? Patricia Kaas ? Gilbert Montagné ? Michel Sardou… Bon, après c’est des rêves, hein. Aznavour… Julien Lepers…

La personnalité à moustache qui vous inspire le plus ?

Freddo, Freddie Mercury. Dali ! Mario ? José Bové, peut être ? … Frida Kahlo !

Pour finir, C2C aux victoires de la musique ça vous inspire quoi ? Vous vous voyez aller jusque là ?

C’est pas un objectif. Mais si ça se présente et qu’on reste dans la lignée de ce qu’on veut faire, c’est-à-dire qu’on continue à jouer la musique qui nous plaît, forcément on le prendra bien ! Si ça respecte notre éthique, nos convictions, on le fera. Si on ne doit rien changer pour y arriver, pourquoi pas ! Mais même sans parler de C2C mais pour n’importe qui, si ils te demandent de faire ceci ou cela pour y aller, bah qu’ils aillent se faire enc… ! Désolé hein ! Mais si tu arrives avec ta musique à toi, que tu sors de ton corps, de ton cœur, et que tu arrives à aller là bas… franchement ! Beau parcours ! D’ailleurs C2C c’est ce qu’ils ont fait, ils sont restés proches de ce qu’ils faisaient, et c’est tout à leur honneur ! 

La Playlist de Deluxe :
 
Interview & photo : Jacques de Rougé

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *