Kishi Bashi + Beaty Heart + Tall Tall Trees // Le Point Ephémère // 23 octobre 2014

Clang! Alors que les deux amis qui discutent au premier rang sursautent, Mike Savino rie dans sa longue barbe fournie, frappant son banjo de plus belle. Seul devant un Point Éphémère clairsemé, il assure la toute première partie de la soirée, avant de rejoindre Kishi Bashi, dont il est également le musicien. Son nom de scène à lui, c’est  Tall Tall Trees. Il nous avoue que la soirée est un peu spéciale: la veille, l’ensemble du groupe de Kishi Bashi se trouvait à Bruxelles, où leur camion s’est fait dévalisé alors qu’ils mangeaient un morceau dans un café un peu plus loin. Il nous raconte ne plus avoir une fringue en réserve ni un seul sou, mais que le plus important à leurs yeux à savoir son banjo et le violon de Kishi Bashi, ont échappé aux mains des voleurs. Malgré une journée aussi désarmante que déprimante, le gaillard garde le sourire. Au fil de ses morceaux qui sont autant d’histoires narrées au long d’une folk psyché pleine d’humour et très personnelle, les premiers rangs s’étoffent, intrigués par ce grand bonhomme balançant blague sur blague et au banjo-violon-percu lumineux. Un grand musicien à suivre. D’ailleurs, la campagne de crowdfunding pour l’enregistrement de son prochain album a rencontré un vif succès, puisque son objectif a été atteint à plus de120%! On ne devrait donc pas tarder à en entendre parler à nouveau…

IMG_4797

C’est ensuite aux Anglais de Beaty Heart de monter sur scène. Leur album Mixed Blessings fait partie des meilleures sorties du printemps. Bien que leur set soit plus mature, les percussions se font moins exotiques et l’on perd un peu le côté tribal ressenti lors de leur concert à La Flèche d’Or. Qu’importe. Revoir ces joyeux rouquins déverser leur pop tropicale est une occasion de sautiller de joie. Que ce soit sur le cinglé Banana Bread, le psychédélique Seafood ou le sauvage Kanute’s Comin’Round, leurs morceaux se font tout aussi efficaces et l’on s’abandonne dans des danses frénétiques.

IMG_4813 IMG_4819

Mais le comble de l’excitation ce soir, c’est à Kishi Bashi qu’on la doit. Kaoru Ishibashi, le génial violoniste d’Of Montreal, a regroupé autour de lui un claviériste, un batteur, ainsi que notre joueur de banjo de Tall Tall Trees. Mèche blonde, sourire jusqu’aux oreilles et petit veston cintré, le prodige du violon enchaîne ses meilleurs morceaux avec une énergie sans faille. On a peine à imaginer le désastre que fut pour eux ce début de journée. La petite troupe entonne a capella à 4 voix l’excellent Carry On Phenomenon. Un peu plus tard dans la soirée, hilarele violoniste s’essaie à la prononciation du mot « boeuf » en français avant de jouer le protéiné The Ballad Of Mr Steack. Bientôt, le voilà qui se met au beatbox sur Bright Withes. Complice de ses acolytes et proche de son public, il dédicace un morceau à une jeune fille au premier rang qui fête son anniversaire, sourire aux lèvres et les yeux plongés dans les siens, avant que celle-ci ne s’effondre en larmes. Sa voix est sacrément impressionnante: il passe d’un octave à l’autre sans aucune difficulté. L’émotion est à son comble dans cette salle maintenant pleine à craquer. La poésie se prolonge lors de l’intense et poétique Bittersweet Genesis For Him AND Her.

IMG_4829 IMG_4836 IMG_4837 IMG_4838 IMG_4842 IMG_4849 IMG_4860 IMG_4866

Ce soir-là, on aura dansé, souri, crié. Un concert intense, aussi émouvant que joyeux, comme on a rarement l’occasion d’en vivre. Magique.

Retrouvez nos chroniques des albums de Kishi Bashi et de Beaty Heart dans notre liste des albums du printemps à écouter absolument.

Yadwigha’s Theme de Beaty Heart est sur notre première compilation, à écouter ici !

Rédactrice: Aurélie Tournois // Photographe: Jacques de Rougé

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *