Rencontre // Mineral: “On adore la pop, la musique n’a pas besoin d’être toujours si intense, elle peut aussi être fun !”

 Rencontre // Mineral: “On adore la pop, la musique n’a pas besoin d’être toujours si intense, elle peut aussi être fun !”

Nous avons rencontré Mineral au Printemps de Bourges. Attablés autour d’un verre, on a discuté avec Craig Walker (ex-Archive), Thierry Fournié et Damien Li. En comparant la composition au sein de Mineral à une sorte de quête de poésie au naturel, on a évoqué la genèse du groupe ainsi que le passage du trip hop d’Archive pour Craig à une musique plus expérimentale.


 mineral dancing feet

Vous venez tous d’environnements différents : pop, trip-hop… Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Thierry : On s’est rencontrés en travaillant sur un album qui n’a jamais vu le jour pour une artiste qui n’est pas sortie. Craig et moi on composait tous les deux sur ce projet. Peu après, on a décidé de former un groupe. Craig connaissait Damien, c’est un ami de longue date avec qui il avait aussi travaillé.
Au départ, on bossait sur une chanson qui s’appelait Mineral, et on a décrété que c’était un très bon nom de groupe.
Il signifie quoi pour vous ce nom, Mineral ?
Craig : Ça nous évoque quelque chose de naturel. C’est le premier morceau de Thierry que j’ai entendu. Je trouvais qu’il y avait aussi une sorte de connexion sentimentale. Mais quand on a réalisé qu’il y avait un autre groupe qui s’appelait déjà Mineral, c’était un peu pénible.
Comment vous avez intégré vos différentes influences dans ce groupe ?

Craig : D’abord Thierry a commencé à composer. Ca fonctionnait bien. Ensuite, Damien a mixé tout ça.
Thierry : On n’avait pas envie de se censurer au départ, donc on a essayé de produire le plus de titres possible. On s’est concentrés sur le fait de jouer ensemble, sur le plaisir que ça nous procurait. A la fin on avait 16 ou 17 morceaux! A la suite de ça, on a essayé de faire une sélection pour réaliser quelque chose de cohérent. Ensuite, par-dessus, il y a eu tout le travail de production, pour créer un son particulier.


Comment faites vous pour créer ce son un peu pur et naturel dont vous parlez?
Thierry : Ca s’est fait surtout au niveau des prises de son c’est un peu technique. On a voulu faire des prises de son assez rapprochées.
Damien : Thierry voulait qu’il n’y ait pas trop de longue réverbe, même pas de réverbe du tout. Donc au mixage, on est resté naturels dans les sons.
Thierry : On ne voulait pas que ce soit surproduit, on voulait faire quelque chose d’assez minimaliste. Qu’il reste quelques éléments, vraiment le principal.

Dans l’écriture des paroles, qu’est-ce qui prédomine?
Craig : Juste ne pas écrire de la merde.
Thierry : Le sexe, l’argent, la haine, l’ amour. C’est pas forcment ce qu’on a a dire qui est intéressant, mais la façon dont on le dit. On ne cherche pas à faire quelque chose de poétique. Ça peut être ennuyeux en chanson et devenir vite de la prétention littéraire. On cherche quelque chose qui à la base n’est pas poétique mais qui peut le devenir. Car le but, c’est effectivement de faire un peu rêver. Mais on n’est pas dans l’image, l’oxymore, ou la métaphore. Surtout pas.
 
“La musique d’Archive était sombre et intense. J’avais envie d’autre chose, d’un son plus moderne”
Pourquoi avoir nommé l’album Plastik Ekphrastic ?
Craig : J’adore le mot ekphrastic. C’est une forme de poésie qui fait référence aux autres formes  d’art. On voulait l’utiliser quelque part et on a écrit un morceau que l’on a appelé comme ça. Je me suis dit que ca collait bien à l’album.  Et c’est un nom qui n’avait jamais été utilisé pour un autre album.
Craig tu as bifurqué du trip hop  à Mineral, comment s’est fait ce changement ?
Craig : J’avais fait ce que j’avais à faire avec Archive. C’était une musique assez sombre, très intense, qui demande beaucoup de temps à être composée.
Je voulais faire quelque chose de plus moderne. Avec Archive, c’était facile de désigner nos références : Pink Floyd,  la musique des années 60… Avec Mineral, c’est plus compliqué à définir. J’étais vraiment à la recherche d’un son particulier et Thierry partageait avec moi cette envie. Il y a beaucoup d’influences et de dynamiques différentes dans le groupe. J’apprécie aussi le fait qu’il ait deux voix en lead, une masculine et une féminine.
Mineral t’apporte plus de naïveté ?
Craig: Ça me donne surtout plus de possibilités. Si ton groupe se définit par un son particulier, tu finis par ne plus regarder ailleurs et t’enfermer dans un style. J’étais devenu frustré par cette mécanique. Ca ne correspondait plus à mes critères et je ne voulais pas m’habituer et m’enfermer dans une routine. Je préfère écouter la musique de Pink Floyd plutôt que d’essayer de l’imiter ! Ce que je fais aujourd’hui est plus créatif. J’adore la pop tout comme Thierry et Damien. Il n’y a pas de honte à faire de la pop.La musique devrait être fun aussi, ça n’a pas besoin d’être toujours aussi intense.

IA7A8084

La playlist de Mineral
 
Kraftwerk – The Hall Of Mirrors

 
Propos recueillis par Aurélie Tournois // Photographe: Emmanuel Gond

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *