Festival Fnac Live 2016 // Nos 7 coups de coeur

Cette année encore, on est venus prendre notre dose de riffs et de coups de soleil sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour le Festival Fnac Live. Voici nos 7 coups de coeur:

1. Feu! Chatterton

C’est à force de voir et revoir Feu! Chatterton dans divers festivals qu’on s’est rendu compte à quel point ces gars étaient bons. Loin des mises en scène millimétrées et des vannes prévues à l’avance, on a le droit à chaque fois à de l’improvisation, de l’émotion et une énergie brute qui donne des frissons. Arthur et sa troupe vivent quelque chose d’intense et unique à chaque concert, et par conséquent leur public aussi. On est pas prêts d’arrêter de les suivre !

5 6 8 9

2. Jungle

Le festival a mis le paquet dès le premier jour en programmant Jungle, s’assurant une tête d’affiche bien solide. On ne présente plus les Londoniens, dont la modern soul teintée de funk nous avait bluffée et totalement séduits à la sortie de leur premier album éponyme, qui avait d’ailleurs terminé 11e de notre top 2014. Que ce soit au festival Beauregard ou dans l’ambiance plus intime de La Cigale, leur set terriblement efficace n’avait fait que nous confirmer leur immense talent en live. Cette fois encore, sous une chaleur enivrante, The Heat et Busy Earnin’ restent toujours aussi fédérateurs, et on a hâte d’entendre leur second bébé !

20

21

22

3. A-Wa

Le trio formé par les trois sœurs israéliennes avait été pour nous la révélation de l’année 2015 au MaMA festival. D’ailleurs, il semblerait qu’on ne soit pas les seuls à connaître la magie d’A-Wa, à voir la façon dont dansent les premiers rangs, notamment sur Habib Galbi. Tair, Liron et Tagel Haim, vêtues de beaux costumes colorés mi-traditionnels mi-pimpés, rendent hommage à leurs origines en revisitant les folklores yéménites à la sauce hip hop et électro. Leur générosité est touchante et leurs visages plein de sourires. C’est magique ! Prochain rendez-vous avec A-Wa: le festival Heart of Glass, Heart of Gold à Saint-Amans-des-Côts le 9 septembre.

24 25
27

4. Stuck in the sound

Que valent des bêtes de scène devant une fosse à moitié vide ? Stuck in the Sound répond avec brio à la question. Malgré la tâche ingrate de jouer devant un Hôtel de Ville qui se remplit timidement, le quintet parisien a enchaîné sa flopée de morceaux rock ultra-efficaces. Avec Brother et Shoot Shoot en première ligne, la fosse grandissante bondit déjà sur les injonctions de José Reis Fontao. Le groupe maîtrise l’art des riffs acérés et des refrains entêtants, bien qu’il ne rende pas hommage à son dernier album Survivor avec seulement deux titres (pas les plus mémorables). Mention à Tender, une des plus belles ballades qui soit.

stuck7L1A1786

stuck7L1A1790

5. Hyphen Hyphen

L’année folle qu’a vécu Hyphen Hyphen, au sommet du succès avec son premier album Times, n’a pas rendu le groupe paresseux. Le quatuor niçois propose un show très travaillé, qui brille par sa mise en scène et le charisme de chaque membre. Hyphen Hyphen nous emmène en voyage à travers des ambiances planantes, mélodiques et tribales. Avec de mystérieux sigles peints sur son visage, la chanteuse Santa impressionne par sa présence et sa technique vocale, qui oscille entre des couplets graves et profonds et des envolées stridentes sur les refrains. A la limite du too much, les musiciens semblent totalement habités par leur show, qui met en valeur les percussions et les choeurs. Le single Just Need Your Love met d’accord toute la place de l’Hôtel de Ville. On retiendra surtout la prestation du guitariste Adam, à la détente verticale incroyable lorsqu’il saute.

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen

6. Balthazar:

Si les spectateurs se sont, pour la plupart, déplacés pour voir Louise Attaque qui devait clore cette nouvelle édition du Festival Fnac Live, beaucoup, c’est certain, garderont un souvenir impérissable du concert de Balthazar. Les Belges, fidèles à leur réputation de bêtes de scène, ont encore une fois déployé leur art avec fougue tout au long de leurs titres aux mélodies vénéneuses. Avec une setlist impeccable, parcourant toute sa discographie, la bande, menée par Maarten Devoldere et Jinte Deprez, nous a fait danser et rêver jusqu’à la tombée de la nuit. On ne s’en lassera jamais !

Balthazar

Balthazar

Balthazar

Balthazar

7. Lianne La Havas:

Après les excellents concerts de Bachar Mar-Khalifé, La Maison Tellier et Get Well Soon, c’était au tour de Lianne La Havas de pénétrer sur la scène de l’Hôtel de Ville, devant un public devenu très dense. La Londonienne à la voix de velours et dotée d’un magnétisme rare a fait chavirer tous les cœurs en nous gratifiant de quelques-unes de ses plus belles compositions. Forget, au sujet d’un ex-boyfriend qui aura au moins eu le mérite de lui inspirer cette percutante chanson, sera suivie de Green and Gold, un hommage à ses origines grecques et jamaïcaines, puis d’une superbe reprise guitare-voix d’ I Say A Little Prayer de Dionne Warwick avant que la jeune femme ne dédie son titre Unstoppable au peuple français. Un véritable enchantement !

Lianne La Havas

Lianne La Havas

Lianne La Havas


Fakear:

fakear7L1A2141
Fakear

Fakear

Fakear

Synapson:

Synapson

Synapson (feat. Broken Back)

Synapson

Philippe Katerine:

Katerine

Katerine

Katerine

I Am Stramgram:

I Am Stramgram

I Am Stramgram

Sage:

Sage

Sage

Sage

 

Get Well Soon:

Get Well Soon

Get Well Soon

Get Well Soon

Bachar Mar Khalifé:

Bachar Mar Khalifé

Bachar Mar Khalifé

Louise Attaque:

Louise Attaque

Louise Attaque

Louise Attaque

Louise Attaque

 

Rédaction: Kirana Chesnel, Jacques de Rougé, Ulysse Thevenon, Aurélie Tournois // Photographie: Laurent Besson, Jacques de Rougé, Ulysse Thevenon

Commentaires