François & The Atlas Mountains + Petit Fantôme + Babe // Le Bataclan // 18 novembre 2014

Un concert de François & the Atlas Mountains, c’est toujours une fête. Une fête où on se sent chez soi. Alors quand on voit que ce soir, les premières parties sont assurées par Babe et Petit Fantôme, projets solos de deux des membres du groupe (Gérard Black et Pierre Loustaneau), on se dit que, plus qu’une fête, c’est à une célébration à laquelle on est conviés. Et on n’a pas tout à fait tort, puisqu’on l’apprendra un peu plus tard, c’est l’anniversaire de François Marry aujourd’hui.

F&AM

Cette célébration dont on parle, c’est celle de la musique tout simplement, de l’amitié tout court, de cet amour partagé de jouer ensemble et pour les autres. Ce soir, ils ont véritablement pris place dans cette jolie salle du Bataclan, en famille. Du début à la fin, sans temps mort. Sur le côté de la salle est sobrement installé un clavier, où se succédent entre chaque set de petits intermèdes assurés tour à tour par les membres du groupe ou apparentés. C’est ainsi un des musiciens de Botibol qui ouvrira la soirée, avant que ne s’avance le doux sourire écossais de Babe sur scène. Son dernier clip Grotto est à l’image de ce qu’il nous offre en live : un kaléidoscope pop où on s’aventure, sans hésiter, emportés par ses falsettos et ses touches électroniques. Quand les rideaux se ferment, on reconnaît aussitôt les premières notes au piano du sublime titre La fille aux cheveux de soie qui résonnent de l’autre côté de la salle. On se déplace, on se presse autour de François d’abord seul, puis rejoint par Babe pour un quatre mains complice, sur cette mélodie enchanteresse.

 

 
Au tour de Petit Fantôme de monter sur la « grande » scène, arborant le nouveau t-shirt de Babe: « je fais un peu de pub mais… il vient de me le donner, et je suis content. ». Parmi ses musiciens, on reconnaît François Marry mais aussi le formidable batteur des Atlas Mountains. Bref, les copains quoi. D’ailleurs, dans le public, c’est aussi en bande qu’on est venus partager ce concert. Une harmonie communicative se dégage sur scène et dans la salle, baignée de temps à autres dans une chaleureuse lumière rose bonbon. On est ravis de revoir Petit Fantôme, qu’on retrouve plus assuré que lors de son dernier passage parisien au point éphémère. C’est surtout un bonheur assez fou de pouvoir réentendre des titres de sa magnifique mixtape Stave ce soir (L., Peio, Teahupoo, Etre honnête) qui n’en finit pas de nous retourner.

 

PetitFantômeYS

Après une dernière session au clavier où s’alternent Botibol et Babe, c’est enfin à François & the Atlas mountains au complet de prendre possession de la scène avec un « Ça va Paris? Vous êtes bien dans notre salon?« . Un salon assez particulier à vrai dire, à la lisière d’un bois mystérieux et magique, comme nous le rappelle la pochette de leur dernier album Piano Ombre,  qui fait office de décor derrière eux. Les sourires s’entrecroisent d’un bout de scène à l’autre, François et ses Atlas mountains nous emmènent dans un voyage tout en couleurs et en fantaisie, une sorte de bulle pop, hors du temps, où se bousculent nos émotions. Ils se baladent entre les titres de leurs deux précédents albums (Je suis de l’eau, Slow love), et (trop peu) de leur dernier, véritable bijou musical de cette année (La vérité, The Way to the forest, Bien sûr).

F&AM2

Le rappel est une sorte de festival : « c’est ma surprise d’anniversaire » nous annonce François, avant de commencer un de leurs titres les plus ‘afrotronique’ Piscine, rejoints sur scène par un groupe de danseurs masqués, « les monstres danseurs » en transe, tout comme leurs trompettes.  Et pour « boucler la boucle », ils finissent sur deux autres titres de Babe et Petit Fantôme, quittant la scène tous ensemble, sur un rythme afrobeat qui leur ressemble tant.
Mais ce concert n’aurait pas été complet sans leur maintenant mythique chorégraphie et leur hymne Les plus beaux, qui finit de nous combler dans un ultime rappel. Celui du cœur.

Rédactrice: Sun.thavy

Commentaires

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *