Granville // La Maroquinerie // 26 février 2013

Un vent de fraîcheur souffle ce soir-là sur la Maroquinerie. La file d’attente se fait de plus en plus longue. Tous sont venus assister à l’éclosion du jeune groupe caennais Granville lors de la Release (surprise) party de leur premier album, Les Voiles.
 
Mais c’est un autre tout jeune homme qui assure la première partie de la soirée. Derrière le nom Les Filles Et Les Garçons se cache le Toulousain Lucas Nedellec. Seul avec son Mac et sa guitare, il entonne d’une voix monocorde, et à la limite de la justesse pour être franc, des textes en anglais et en français sur une assez charmante electro pop adolescente acidulée. Et le jeune homme ne manque pas d’humour. Il nous gratifiera d’une reprise très personnelle du Caramel de Booba ainsi que du Cake d’Amour de la bande originale de Peau d’Âne.  Dernière recrue des inRocks Lab, il a d’ailleurs grâce à ce titre accédé à la troisième place du concours Jacques Demy lancé par le magazine.
 
Granville entre en scène sous un tonnerre d’applaudissements et débute son concert par Les Voiles. Puis vient Le Slow repris en chœur par le public. « C’est ouf d’être là ! » s’écrie Sofian, le guitariste. C’est vrai qu’encore inconnus il y a quelques mois, les petits Normands semblent un peu sonnés par la vague du succès. Visiblement de nature timide, dès qu’elle chante pourtant Mélissa se transforme et gagne en assurance. Sa gestuelle de poupée automate fait un écho troublant aux paroles de La Robe Rouge : « Je suis un peu maladroite je vous l’assure, Comme une petite femme sans expérience, Ai-je l’air d’un automate à toute allure, D’un robot ou d’un ballet quand je danse ». Les trois garçons et la fille dans le vent mélangent savamment sonorité moderne et yéyé  et clament ouvertement leurs références 60s comme sur Nancy (Sinatra, bien sûr).  A leur grand regret cependant, et faute d’un important répertoire, les morceaux s’enchaînent très vite. Qu’à cela ne tienne, ils joueront une deuxième fois leurs titres phares Le Slow et Jersey en rappel devant un public ravi.
Texte: Kirana Chesnel // Photos: Kseniya Durna
 
 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *