Husbands // La Maroquinerie // 24 mars 2015

 Husbands // La Maroquinerie // 24 mars 2015

Il y a des soirées un peu parfaites, comme ça, l’air de rien, fin mars, v’lan, comme pour fêter le printemps. Aujourd’hui, c’est dans notre chère salle de la Maroquinerie qu’on s’apprête à la passer, notre soirée un peu parfaite. Parce qu’en plus de vivre un concert assez fou avec Husbands un peu plus tard, on a la chance d’avoir Thousand, en première partie, et ce petit bijou de folk (à priori plus électr(on)ique quand le groupe est au complet) est à découvrir de toute urgence. Avec seulement deux membres du groupe sur scène ce soir, un moment magique bien trop court se déroule sous nos yeux, à la seule force talentueuse de deux voix incroyablement harmonieuses, et d’une guitare enivrante. Ils reviendront au complet le 16 avril au point éphémère, et ce serait une erreur que de les rater.
Quant à Husbands et ses trois fougueux dandys cravatés et décalés, c’est devant un public conquis qu’ils jouent peu après, dans le cadre de la release party de leur premier opus. Ils débutent avec le dreamy Run Along Son, puis poursuivent avec les autres titres de leurs EP dont Let me down et son imparable beat, et le mélodieux Dream dont le refrain est repris à tue-tête par la salle pleine à craquer ce soir. Ils transpirent, dansent, nous font danser, rêver, sans concession. Une autre date parisienne est d’ores et déjà prévue en décembre prochain au Trianon, ainsi qu’au printemps de Bourges, et dans leur cité phocéenne natale. A ne manquer sous aucun prétexte. Un petit mot sur Kid Francescoli en passant, projet solo d’un des trois membres de Husbands, bientôt sur scène également, et dont le troisième album With Julia, regorge de titres électro qui seront loin de vous laisser indifférent.

Thousand

Concert Concert Concert

 Husbands

 Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Concert Husbands17 Husbands18 Husbands19 Husbands20 Husbands21

Rédactrice: Sunthavy // Photographe : Elise Schipman

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *