Solidays 2015 // Jour 3: The Parov Stelar Band, Fakear, Lilly Wood & The Prick, Zebda, Benjamin Booker, Moriarty, Hyphen Hyphen // Hippodrome de Longchamp

 Solidays 2015 // Jour 3: The Parov Stelar Band, Fakear, Lilly Wood & The Prick, Zebda, Benjamin Booker, Moriarty, Hyphen Hyphen // Hippodrome de Longchamp

Dimanche 28 juin

Troisième et dernier jour de festival. A 15h30, nous sommes conviés à la conférence bilan du festival en présence de Luc Barruet, fondateur de Solidarité Sida, Antoine de Caunes, Président d’honneur, et Yann Arthus-Bertrand, venu présenter son film Human. Très satisfaits, ils nous annoncent fièrement que l’édition 2015 des Solidays a battu son record de fréquentation avec plus de 180 000 festivaliers. Autant de bénéfices en plus pour les associations auxquelles nous avons été sensibilisés durant tout ce weekend.

IMG_6342

Sur ces bonnes nouvelles nous nous répartissons les tâches : j’irai voir Moriarty sur la scène Bagatelle tandis que Jacques ira shooter Hyphen Hyphen sur la scène Dôme. De fait, nous allons interviewer ces deux groupes un peu plus tard dans la soirée !

C’est un réel plaisir de retrouver le sextet franco-américain Moriarty aux Solidays cette année. Cela fait en effet tout juste dix ans que le groupe y a joué pour la première fois devant quelques dizaines de personnes seulement. De les voir aujourd’hui sur l’une des plus grandes scènes est assez émouvant et totalement mérité. Autour de la chanteuse Rosemary Standley, les membres de Moriarty forment une équipe de choc pour nous faire passer un moment délicieux et nous faire oublier pendant une heure la chaleur étouffante qui nous accable. Les morceaux de leur nouvel album, Epitaph, en dépit de ce nom funèbre, sont plus dansants que ce à quoi le groupe nous a habitués jusqu’à présent. Leurs racines américaines se sont teintées d’influences cajuns et réunionnaises. Le talent flamboyant de ces musiciens force mon admiration et je suis ravie de retrouver ensuite le facétieux Arthur «Moriarty» pour une petite interview dans l’herbe.

De leur coté, Hyphen Hyphen débarquent au moins aussi chauds-bouillants que d’habitude, mais cette fois pour un set basé sur leur album à venir (Times). Les anciens morceaux manquent donc à l’appel, mais on se console aisément avec les nouveaux titres qu’on à hâte de retrouver sur leur très attendu premier disque.

IMG_6379 IMG_6395 IMG_6411 IMG_6426 IMG_6440 IMG_6512 IMG_6525

A 19h, Benjamin Booker s’élance à l’assaut de la scène César Circus. Depuis que nous avons récemment découvert ce jeune américain, il nous tardait de le voir en live, dégainer son blues-rock fiévreux flirtant avec le punk. Le jeu paraît instinctif chez ce petit protégé de Jack White dont il a assuré la première partie en tournée l’année dernière. Sa voix éraillée semble également en prise directe avec les fantômes de la musique afro-américaine. Le public français n’y est pas insensible. Et encore moins cette petite fille qui danse sur le côté de la scène et que Benjamin Booker viendra saluer à la fin de son concert.

IMG_6575 IMG_6587 IMG_6596 IMG_6601 IMG_6609 IMG_6617 IMG_6624

Durant la suite de la soirée, nous admirons de loin l’impressionnante Color Party qui se déverse sur les festivaliers, enchantés, avant que Zebda n’arrive sur la scène Paris. Les toulousains nous ramènent avec nostalgie dans les années 1990 avec leurs tubes inoubliables. Tout près, sur la scène Bagatelle, on peut entendre Lilly Wood & The Prick dont l’horaire de passage empiète légèrement sur celui de Zebda. Mais nous décidons de partir à l’autre bout du site, sous la tente de la scène Dôme, où nous retrouvons Fakear. Sous une tente transformée en fournaise, les festivaliers entrent progressivement en transe sous l’effet de son art.

Arrive enfin l’heure du grand final avec The Parov Stelar Band. Leur electro-swing est tellement efficace et contagieux que ça danse jusque dans les crash-barrières. Des morceaux pour la plupart déjà entendus à Solidays, mais qui offrent la conclusion parfaite à cette édition. Les festivaliers dansent jusqu’à très loin de la scène, et dépensent ce qui leur reste d’énergie sur la traditionnelle chanson des bénévoles. Le final parfait!

IMG_6669 IMG_6674 IMG_6676 IMG_6690 IMG_6746 IMG_6753

Texte: Kirana Chesnel & Jacques De Rougé // Photos: Jacques De Rougé

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *