LES MEILLEURS ALBUMS DE 2014

Comme chaque année, voilà notre classement des meilleurs albums des 12 derniers mois. On a écouté énormément de choses, ce qui veut dire que même la fin du classement représente des albums qui nous ont vraiment plu. En dehors de ça, on se souviendra de l’album de Julian Casablancas qui nous a laissés perplexes, de celui d’Alt-J un cran en-dessous du premier, de l’explosion des francophones Moodoïd, François & the Atlas Mountain, Christine & the Queen, et de pas mal d’autres bons albums en vrac: Röyksopp, Cheveu, Detroit, Rancid, Metronomy, The Black Keys, Oscar And The Wolf, The Horrors, Karen O, The Growlers, The Drums, La Roux, Tv On The Radio, Sylvan Esso et plein d’autres. Mais place à nos 30 préférés:

30

#30 : SMASHING PUMPKINS // Monument To An Elegy

9 titres, à peine plus de 30 minutes, un album propre et réussi qui s’écoute tout seul.
Sûrement pas leur meilleur, mais une bonne surprise pour un groupe dont on n’attendait honnêtement plus grand chose.

29

#29 : VANCE JOY // Dream Your Life Away

Depuis l’excellent remix par Flic Flac, impossible de ne pas se déhancher frénétiquement sur son tube Riptide. Pour ce tout premier album, l’ex-footballer australien nous charme de ses mélodies au ukulélé, inspirées par un long voyage en Asie, comme il nous l’a raconté.

28

#28 : TALISCO // Run

Les cavalcades romantiques de Jérôme Amandi (en interview ici) n’ont pas pu vous échapper cette année. Terriblement efficaces, les titres de Run nous font nous sentir vivant. A  expérimenter en live absolument!

27

#27: BRETON // War Room Stories

Il aura fallu attendre ce deuxième album pour que les Britanniques connaissent une véritable explosion. Avec War Room Stories, le collectif francophile, qui a investi la scène de nombreux festivals cet été, offre une pop électronique où se côtoient cordes et beats urbains.

26

#26 : FOO FIGHTERS // Sonic Highways

On attend toujours le moment où les Foo Fighters nous décevront en quoi que ce soit.
Pour cet album, les 8 morceaux sont enregistrés dans 8 villes différentes des Etats-Unis, chacune s’inspirant des sons de l’histoire du lieu. La série du même nom (où chaque épisode raconte l’enregistrement d’un morceau tout en retraçant l’historique musical de la ville, le tout produit par HBO) nous a carrément emballé et la pochette est une des plus géniales qu’on ait vue depuis longtemps.

25

#25 : MAC DEMARCO // Salad Days

Mac DeMarco c’est ce cousin éloigné déjanté qu’on adore retrouver pendant les vacances pour teuffer jusqu’au bout de la nuit mais qu’on aurait du mal à gérer tous les jours. A la fois familier et excitant, attachant mais incorrigible. Salad Days paraît aussi désinvolte que son auteur et se laisse gentiment écouter un lendemain de cuite ou pour se préparer à rempiler de plus belle. Mais bien vite il sait se rendre indispensable pour accompagner chaque moment de votre quotidien.

24

#24 : GASPARD ROYANT // 10 Hits Wonder

Le premier album du plus américain des Français se présente sous la forme d’un faux best-of. Manque d’humilité largement pardonnable à l’écoute des morceaux: un sans faute de la première à la dernière chanson. Chacun de ces titres rétro à souhait s’est retrouvé à tourner en boucle dans une de nos playlists à un moment de l’année, et ça risque de continuer avec les prochains. Un 10/10 largement mérité! Pour faire connaissance avec l’artiste, retrouvez notre interview et session acoustique, réalisées alors que le jeune homme n’avait que deux EP à son actif.

23

#23 : LIKKE LI // I Never Learn

Après l’immense succès d’ I Follow Rivers, remixé par The Magician, la jeune suédoise s’est fait connaître dans le monde entier. Ce troisième album vient compléter la trilogie initiée avec Youth Novels et Wounded Rhymes. Il traduit les tourments de l’artiste, en proie au moment de sa composition à la fin d’une relation tumultueuse. Mention spéciale aux singles Love Me Like I’m Not Made Of Stone, et No Rest For The Wicked, d’une beauté désarmante.

22

#22 : KASABIAN // 48:13

Cet album de Kasabian à beau être leur moins bon, c’est clairement un des meilleurs trucs qu’on ait entendu cette année.
On valide l’efficacité totale des titres en live. Moins la pochette et le nom de l’album qui sentent un peu le « on n’avait plus d’idée ».

21

#21 : THE ACID // Liminal

Simplement un des albums les plus innovants et captivants de l’année.
Le concert à la Boule Noire a terminé de nous rendre complètement accros à The Acid.

20

#20 : JACK WHITE // Lazaretto

Fidèle à lui-même, Jack White nous revient en grande forme avec ce deuxième album solo testostéronné et élégant, réinventant encore et toujours le blues et la country des Pères Fondateurs à la sauce Rockstar azimutée. Et on adore ça !

19

#19 : MILKY CHANCE // Sadnecessary

On a le droit de les détester parce qu’ils passent sur NRJ, que leurs clips sont nazes ou tout simplement parce qu’on a beaucoup trop entendu leurs singles. Il n’empêche que cet album contient beaucoup de morceaux très bien écrits, un son reconnaissable entre 1000 et fait partie de ceux qu’on retiendra du « début des années 2010 » (l’expression est horrible mais on en aura sans doute trouvé une mieux dans 50 ans).

18

#18 : DAMON ALBARN // Everyday Robots

Damon Albarn se lance avec succès dans une aventure en solo, le portant vers le trip hop et le continent africain. Everyday Robots est un beau voyage nébuleux dans l’esprit du chanteur de Blur, Gorillaz et The Good, The Bad and the Queen.

17

#17 : ISAAC DELUSION // Isaac Delusion

Les petits frenchies qui cartonnent aux Etats-Unis ont (enfin!) sorti leur premier album, qui fait suite à un EP parfait. Leurs mélodies planantes, entre électro et trip hop, sont sublimées par la douce voix enveloppante de Loïc Fleury.

16

#16 : REPTILE YOUTH // Rivers That Run For A Sea That Is Gone

Le collectif danois réussit un album aux morceaux obsédants, nous replongeant en plein cœur des années 90 avec des titres tels que JJ ou Two Hearts. Ne loupez pas Reptile Youth en live, les types sont complètement déglingués.

15

#15 : GEORGE EZRA // Wanted On Voyage

Avec sa gueule d’ange et sa voix de bluesman centenaire, le jeune anglais George Ezra ne nous a pas laissé indifférents. Outre le titre Budapest, déjà connu internationalement, le premier album du songwriter regorge de mélodies imparables et entêtantes, véritables invitations au voyage que le fan de Bob Dylan et de Woody Guthrie n’oublie pas d’agrémenter de textes bien sentis. Retrouvez notre interview de George Ezra.

14

#14 : BRNS // Patine

Leur EP sorti en 2013 avait suscité un tremblement de terre émotionnel chez nous. Cette année, les Belges ont publié Patine, leur tout premier album, qu’ils nous ont expliqué au détour d’une interview. Moins tribal, mais plus mélodique, aux pulsations quasi cardiaques (My Head Is Into You). Ce premier opus joue sur les tensions et les détentes, laissant transparaître une ambiance sombre, dans un mélange hypnotique de cordes et de percussions. Magique.

13

#13 : ASGEIR // In The Silence

En Islande, une personne sur dix possède la version originale de l’album d’Asgeir. Un phénomène à la hauteur du pouvoir poétique de ce jeune homme de 22 ans. Avec sa version anglaise, Asgeir est en passe de conquérir le monde tel un viking avec ses contes folk oniriques, parfaite bande-son pour un voyage au cœur des paysages fabuleux de son pays d’origine.

12

#12 : FIRST AID KIT // Stay Gold

Les Suédoises reviennent cette année avec un troisième album, marqué par leurs expériences de jeunes musiciennes. Stay Gold recèle de mélodies toujours aussi charmantes, servies par l’harmonie des voix magnifiques des deux soeurs. Avec Stay Gold et Silver Line, on aime tout ce qui brille.

11

#11 : JUNGLE // Jungle

L’un des albums les plus addictifs de l’année.
Une musique qui mélange un peu tous les genres sans aucune faute de goût, pour un résultat qu’il est impossible de ne pas aimer. Un futur classique.

10

#10 : THE DO // Shake Shook Shaken

Le duo franco-finlandais se réinvente une identité « électro humaine » réjouissante et émouvante dans ce troisième album porté par un souffle épique, digne d’un Kalevala moderne.

9

#9 : WARPAINT // Warpaint

Très attendu, après une gestation de plusieurs années, le deuxième album des quatre ensorceleuses de Los Angeles ne nous a pas déçu. Hybride et habité, il semble retranscrire en musique l’âme du désert de Joshua Tree où il a été composé.

8

#8 : BEATY HEART // Mixed Blessings

Une pop tropicale et tribale, voire carrément psychédélique, à mi-chemin entre les mélodies folles d’Animal Collective et la joyeuse énergie des Beach Boys. Un talent extravagant dont leur timidité sur scène ne laisse pas présager.

7

#7 : INTERPOL // El Pintor

Comme toujours avec Interpol, un grand disque et plein de morceaux incroyables.

6

#6 : KISHI BASHI // Lighght

Le violoniste d’Of Montreal nous apporte s’il en fallait la preuve de son immense talent avec ce disque solo. Multi-instrumentiste, chanteur et compositeur, Kaoru Ishibashi, use de son violon hyperactif et d’un synthé fou pour créer une pop aux mélodies psychédéliques, aussi enjouées que complexes. Un album festif, à s’injecter en intraveineuse chaque matin pour une dose de bonne humeur.

5_2

#5 : BAXTER DURY // It’s A Pleasure

Le plus frenchy des dandys anglais (il a signé chez le label Pias et s’est accompagné de Fabienne Debarre du groupe parisien We Were Evergreen pour cet album) revient avec sa plume acérée et son humour grinçant pour nous livrer des bijoux pop tous plus savoureux les uns que les autres.

4

#4 : TEMPLES // Sun Structures

Le quatuor britannique de rock psychédélique ressuscite le genre avec fraîcheur et brio. Leurs compositions nous ont fait voir la vie à travers un kaléidoscope pendant toute l’année et continueront à nous enchanter bien après.

3

#3 : CHAMPS // Down Like Gold

Originaires d’un petit village de l’Île de Wight, en Angleterre, les deux frères diffusent une folk aux délicats arpèges et aux textes d’une sincérité étonnante, déclamés par des voix joliment cristallines. Une pure merveille. La bonne nouvelle c’est que Michael et David Champion s’apprêtent à publier leur second album en février 2015, et seront de passage un mois plus tard, le 4 mars, à La Boule Noire. En attendant, voici une session acoustique ainsi qu’une interview du groupe, que l’on a rencontré en début d’année.

2

#2 : RICH AUCOIN // Ephemeral

Le premier album de Rich Aucoin (rencontré sur les marches de la gare Montparnasse il y a deux ans) était tellement bon qu’on aurait pas imaginé que le second le serait à moitié autant.
Ephemeral est en réalité encore meilleur que son prédécesseur, un disque parfait ou s’enchaînent les tubes qui sont déjà des classiques si vous avez déjà assisté à l’un des (incroyables) concerts de ce Canadien magique.

1

#1 : ROYAL BLOOD // Royal Blood

On s’est pris pas mal de claques musicales cette année, mais ce disque est plutôt dans la catégorie uppercut.
Jamais on aurait imaginé un son aussi puissant avec juste une basse et une guitare, et encore moins un album qui enchaîne les futurs classiques sans faire aucun compromis et avec cette facilité déconcertante. Leurs deux derniers concerts à Paris ont terminé de mettre tout le monde d’accord: 2014 restera comme l’année du premier album de Royal Blood, qu’on a d’ailleurs eu la chance de rencontrer pour une chouette interview.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *